Foot 29
Là où commence le football

Brest s’est sublimé

BREST –  LENS :  3-1 –  Quel match ! On a beau chercher dans la mémoire du Stade Brestois en L2, il faut remonter au Brest – Nancy de la saison 2004/2005, post-montée pour revivre de telles émotions. Les Brestois ont dominé le leader lensois et sont désormais, quasiment assurés de leur maintien.

On a parfois besoin d’un petit coup de coupe du destin. C’est ce qui arrive aux Brestois en début de rencontre. Dominés par des Lensois dès les premières minutes, les Finistériens souffrent. Ce sont pourtant bien eux qui trouvent la faille. Comment? Grâce à un petit cadeau des hommes de Gervais Martel, sur un centre d’El Jadeyaoui, que tout le monde pensait capté sans souci par Runje, le portier croate se troue complètement et le ballon atterrit sur le crâne de Brou Apanga (16e, 1-0).

Les Sang et Or on pourtant tenté, notamment par l’intermédiaire de Roudet qui, à chaque fois est tombé sur un Elana attentif sur ses frappes  placées(11e et 31e).  Sur un corner de Hermach, Chelle, le capitaine était parvenu à devancer le portier breton, mais sans parvenir à accrocher le cadre (22e).

Gênés par le dispositif nordiste, Brest sort de sa boîte dans les dix dernières minutes du premier acte. C’est tout d’abord, El Jadeyaoui qui fait vibrer le filet extérieur de Runje, il avait était pourtant idéalement servi par Socrier qui avait temporisé une relance parfaite d’Elana en attendant le renfort d’un partenaire (36e). Deux minutes après, Masson et Socrier partent seuls en contre. Le premier nommé sert le second, mais le Guadeloupéen frappe au-dessus (38e).
Avant le repos, Brest a encore une opportunité de scorer, mais, malgré une action bien construite, amorcée par un raid d’El Jadeyaoui, De Carvalho, bien trouvé par Socrier, efface Runje mais centre sur la défense des visiteurs (42e).


Après la pause, les hommes d’Alex Dupont s’attendent à subir la pression du leader. Il n’en n’est rien, au contraire, même. Sur un corner d’El Jadeyaoui, Chelle s’impose, mais Lorenzi, à la lutte avec Yahia, s’impose à son tour et réalise un retourné acrobatique absolument splendide, Runje, ne peut que constater les dégâts (50e, 2-0). Les hommes de Jean-Guy Wallemme n’y sont pas, et c’est encore Brest qui joue l’offensive. De Carvalho met parfaitement Socrier en orbite mais l’attaquant brestois tente une frappe de l’extérieur qui frôle les buts de Runje (60e). El Jadeyaoui a aussi une belle opportunité mais sa frappe puissante manque de précision (77e).
Contre toute attente, alors que l’on pensait Lens démobilisé, les Sang et Or reviennent dans le coup. A la réception d’un centre de Monnet-Paquet, Sartre profite d’un cafouillage et pousse, avec de la réussite, le ballon dans les filets d’Elana (82e, 2-1).  Mais ce soir, ce sont les Brestois les plus forts, cinq minutes après, Socrier l’affirme d’un amour de frappe enroulée dans la lucarne d’un Runje, qui, une nouvelle fois, ne peut que rester pantois (87e, 3-1). C’est l’uppercut fatal et là, plus question de chance, Brest a dompté le leader de la L2, qui ce soir accède à la L1 pendant que Brest a quasiment assuré son maintien. Que demander de plus?



8646 spectateurs

Sébastien Moreira

Brou Apanga (16e) Lorenzi (50e) Socrier (87e) pour Brest

Sartre (82e) pour Lens

Masson (40e) De Carvalho (87e) El Jadeyaoui (65e) pour Brest

Milovanovic (52e) Dindane (54e) Hermach (67e) pour Lens

Elana – Bourgis, Brou Apanga, Lorenzi, Fabien – Guégan (cap), Bigné – De Carvalho, Masson (Bouard 72e), El Jadeyaoui (Kantari)- Socrier (Poyet 88e)

Runje – Demont, Yahia, Chelle (cap), Ramos – Milovanovic, Hermach (Sartre 72e) – Boukari (Maoulida 60e), Roudet (Jemaa 46e), Monnet-Paquet- Dindane.

 

Vous pourriez aussi aimer