Foot 29
Là où commence le football

Dirinon à l’heure anglaise

Ce week-end, durant le tournoi international de Dirinon, comme l’an passé, les Anglais d’Arsenal se sont fait remarquer, non seulement, par leur nouvelle victoire en poussins, mais aussi par l’organisation professionnelle  de leur délégation.

Durant la journée de samedi et les premières heures du dimanche, les Londoniens paraissaient décontractés. A l’approche des matchs à élimination directe, les traits se sont crispés. Finalement, après le festival de leur joueur Marcus Agei-Tabi, les cinq personnes qui composent le staff des Gunners ont retrouvé le sourire. A l’issue de la finale, Graham Nichols, l’homme qui a permis à Henry, Aliadière, Grimandi ou Anelka d’apprendre la langue de Shakespeare se plie volontiers à l’exercice d’interprète pour Roy Massey, qui travaille main dans la main avec Liam Brady, le directeur de l’académie des jeunes qui a notamment joué du côté de la Juventus de Turin de l’Inter Milan et d’Arsenal. Roy, Massey, qui lui  a brillé  du coté de Leyton Orient et Rotherham United dans sa jeunesse glisse un mot sur le phénomène Agei-Tabi, auteur d’un hat-trick en finale : « Il habite au sud de Londres, il est avec nous depuis deux ans. C’est un garçon qui a beaucoup de technique, il l’avait déjà à huit ans, on le surveille particulièrement. »

Plus en arrière, lors de l’année 2003, Arsenal venait pour la première fois disputer le tournoi de Dirinon et réussissait un coup de maître en remportant la finale Benjamins. « En 2003, nous sommes venus à Dirinon pour la première fois avec nos – de 11 ans et l’on a gagné le tournoi.  A l’heure d’aujourd’hui,  il y a encore huit joueurs de cette équipe chez nous, ils jouent en moins de 18 ans et ils viennent de remporter la Youth Cup contre Liverpool (6-2).  C’est dans des tournois, comme celui de Dirinon qu’ils apprennent à gagner » explique Roy Massey
Les Gunners ont une méthode de formation qui leur est propre. Initiée par Wenger, elle commence à porter ses fruits selon le technicien anglais : « Les meilleurs de nos jeunes constituent la base de notre équipe réserve et ceux qui jouent moins, finissent par être prêtés dans des clubs moins huppés afin d’apprendre leur métier. Kieran Gibbs parfaite illustration ayant fait l’objet d’un prêt à Norwich City en 2007/2008.Depuis l’arrivée d’Arsène Wenger on travaille surtout sur un jeu basé sur la technique. On développe ce côté-là dès l’âge de 8 ou 9 ans et vers leurs 18 ans, si l’on travaille bien ils feront partie des meilleurs. »
Cependant, cette réussite commence à faire des émules : « On a appris beaucoup en faisant des déplacements avec nos équipes de jeunes en France et en Espagne notamment. Nos amis de Premier League commencent à nous copier, ils viennent en Europe aussi s’informer. » A l’évocation de la performance de ses protégés qui conservent leur titre en poussins, Roy Massey conclut, un rien chambreur : « More than Manchester United could do ! »Allusion à peine masquée à la défaite des Mancuniens en finale de la Ligue des Champions contre Barcelone la semaine passée.  Pour les « Baby Gunners », le travail se poursuit puisque, dès aujourd’hui, ils retrouvent les bancs de l’école et continueront à s’entraîner tout le mois de juin. C’est à ce prix qu’est le droit de fouler la pelouse de l’Emirates Stadium.
Vous pourriez aussi aimer