La bête noire corse frappe encore (0-1)

Quelle bête noire ! C’est la quatrième année consécutive qu’Ajaccio vient gagner à Francis Le Blé. Cette année, on pensait, on espérait, que la situation des Brestois au classement ne pouvait donner lieu au même scénario, et pourtant, grâce à un but à ricochets de Kinkela, les Corses repartent de Brest avec la mise maximum. Comme d’habitude…

A peine le temps de prévenir ses camarades de tribune que Brest n’arrive pas à gagner contre Ajaccio depuis 2006 que Kinkela passe devant Elana suite à une déviation du bout du pied de Viale sur un centre d’André, pour ouvrir la marque (4e).

Les Finistériens se retrouvent alors assommés, comme face à Sedan, il y a quinze jours, mais sans le déluge, ils doivent courir après le score pendant toute la rencontre. Il faut bien vingt minutes à Autret (ci-dessus) et ses partenaires pour retrouver un semblant de dynamisme.

Nolan Roux (contré-par N’Diaye ci dessus), est muselé, l’attaquant breton, comme face à Sedan et Châteauroux, n’arrive pas à s’extirper de la défense resserré des visiteurs.

Nolan Roux, agacé, laisse un peu traîner la jambe sur une sortie de Debès qui n’en demandait pas tant pour goûter à la pelouse de Le Blé en très mauvais état (15e). Les multiples gains de temps vaudront d’ailleurs un avertissement au portier corse qui passera à deux doigts de l’expulsion pour le même motif en seconde période.

Oscar Ewolo (ci-dessus), essaie tant bien que mal de récupérer les ballons et d’orienter le jeu, mais cela ne fonctionne pas ce soir pour Brest. Les transmissions sont trop approximatives et trop de déchets enlaidissent la rencontre.

Les corners et les coups francs se sont multipliés pour Brest. Sans succès. Sur un de ces corners, Poyet (ci-dessus) tente de prendre le meilleur sur la défense corse, mais rien n’y fait, le portier ajaccien voyant même avec soulagement une tentative du même Poyet passer au-dessus de ses cages peu de temps après (25e).

Mathias Autret appelle le ballon au second poteau sur une nouvelle phase arrêtée mais le ballon n’arrivera jamais. Les joueurs insulaires, rigoureux, n’ont jamais été déstabilisés dans leur système défensif, pourtant, loin d’être inamovible.

Toute la détresse de Bouard, qui, encore une fois, se fait déséquilibrer à l’amorce d’une remontée de ballon. Roublards, les Ajacciens jouent la même partition depuis quatre ans à la pointe Finistère. Un but plein d’opportunisme et ensuite : rideau. Une tactique d’une efficacité redoutable…

Le tournant de la rencontre ! Grougi adresse un coup franc parfait sur la tête de Brou Apanga au second poteau. Le défenseur gabonnais reprend parfaitement le ballon qui s’écrase sur la barre transversale d’un Debès complètement battu (43e). La chance de Brest vient de filer dans ce match.

Face au manque de punch de l’ensemble de l’équipe, Oscar Ewolo a tenté d’apporter ses atouts sur le plan offensif, mais ci-dessus, face à Pierazzi, sa belle frappe frôle le poteau du but de Debès (72e).

Un petit enchainement s’effectue correctement aux abords de la surface. Socrier hérite d’un de ses premiers ballons exploitables mais le cadre se dérobe (85e). Les actions sont vraiment trop peu nombreuses pour les hommes d’Alex Dupont ce soir.

Le tout dernier coup franc ne donnera rien malgré la montée d’Elana, ci dessus (90+4). Brest cède une seconde fois de rang à domicile. « Le plus mauvais match de la saison » selon Alex Dupont. Sans doute, car Brest n’a jamais vraiment débuté cette rencontre face à des Ajacciens appliqués qui ont su profiter de l’étonnante apathie bretonne.



BREST – AJACCIO : 0-1
9327 spectateurs
Dominique Julien
Buts :
Kinkela (4e) pour Ajaccio
Avertissements :
Daf (56e) Bigné (86e)Grougi (88e) pour Brest
Debès(35e) Medjani (42e) N’Diaye (72e) Dohin (79e) Pierazzi (90+4) pour Ajaccio

:Elana – Laurenti (Fabien (46e), Brou Apanga, Kantari, Daf – Ewolo (cap), Bouard (Socrier 46e) – Poyet (Bigné 68e), Grougi, Autret – Roux.

: Debès (cap) – Dohin, N’Diaye, Fournier, Moimbé – Pierazzi, Medjani, Gregori (Deruda 68e), B.André, Viale – Kinkela

Vous pourriez aussi aimer