Foot 29
Là où commence le football

SOS buteur abandonné

SOS buteur abandonné

 

Nolan Roux n’a marqué qu’une fois cette saison. Le buteur brestois peine à frapper au but, lui qui était l’un des attaquants les plus en vue dans cet exercice, il ne peut presque plus inquiéter les portiers adverses à cause d’une animation offensive aphone.

Le Stade Brestois a encore partagé les points samedi. Contre Caen, si l’égalisation tardive de Heurtaux est un poids qui s’est abattu soudainement sur les épaules finistériennes celui qui en avait sans doute le plus gros sur la patate est sans aucun doute Nolan Roux.

Abattu, assis sur la pelouse, consolé successivement par Seube puis Thébaux, l’attaquant breton s’est démené et a jeté au feu sa prestation personnelle pour le bien du collectif. Si l’an passé, du moins en première partie de saison, le jeu brestois parvenait à se déployer. Depuis la fin de saison dernière et surtout depuis l’entame de l’exercice 2011/2012, l’animation offensive brestoise ressemble à un pétard mouillé. Après un début de saison intéressant avec deux buts à la clé, Lesoimier s’est complètement éteint sur son flanc gauche et ne pèse que très rarement.

Comme son concurrent Soumah a complètement disparu de la circulation, ce côté gauche, qui a été une des forces brestoises est inactif désormais. A l’opposé, à droite, Romain Poyet se bagarre, c’est indéniable mais malgré toute sa débauche d’énergie, il ne peut alimenter en bons ballons Nolan Roux. Larsen Touré, qui a été une belle alternative en fin de saison n’y arrive pas à non plus, à cause, encore une fois, d’une ribambelle de blessures.

Au milieu de terrain, si la récupération et plutôt bonne que ce soit avec Culma, Guidileye ou Ewolo, les ballons ne parviennent plus à sortir. En 4-4-2 ou en 4-2-3-1, le milieu brestois ne trouve pas la formule. Grougi, qui avale un nombre considérable de kilomètres, n’a pas la lucidité nécessaire pour pouvoir trouver les solutions. Il est vrai qu’aussi que pour les défenseurs adverses, la lecture du jeu brestois est assez simple à décoder  car, faute de solution, ça se termine souvent par un ballon aérien vers Poyet ou une transmission latérale pour des joueurs souvent arrêtés qui n’arrivent plus à surprendre. Nolan Roux, lui, est souvent ceinturé d’au moins deux défenseurs et doit descendre extrêmement bas pour toucher le ballon et ne peut plus être influent dans les trente derniers mètres.

L’attaquant brestois ne bénéficie plus non plus des largesses qu’on lui offrait l’an passé. On connait ses qualités et l’on sait très bien qu’il est devenu la seule arme offensive puissante du club. Le duo avec Jonathan Ayité ne fonctionne pas, non pas que le Togolais ne soit pas au niveau mais les joueurs ont un jeu trop similaire et souvent, lorsqu’ils sont associés, jouent l’un après l’autre et trop rarement ensemble. Eden Ben Basat, lui, possède des atouts indéniables, notamment balle au pied et a aussi une belle pointe de vitesse. Cependant, l’Israélien doit encore apprendre une autre culture et une autre façon d’attaquer, il doit s’endurcir et comprendre l’exigence de la L1. Il est sur la bonne voie mais, à l’heure actuelle, il ne peut pas faire grand-chose de plus, faute de repères.

Quelles solutions peuvent s’offrir à Alex Dupont ? L’entraîneur brestois fait travailler Micola pour qu’il vienne concurrencer Poyet et Lesoimier sur les côtés. Ça peut être une solution intéressante car cet été, le Tchèque a réalisé une belle campagne de matchs amicaux. Il n’a pas encore eu sa chance en L1 cette année et le mériterait pourtant car il ne faut pas oublier que, durant la belle période brestoise, le Tchèque était souvent titulaire.

Son compatriote, Licka, pourrait aussi être amené à avoir plus de temps de jeu, surtout à domicile. Contre Caen samedi, le duo Guidileye – Culma a manqué souvent de punch pour aller rapidement de l’avant en limitant les touches de balle. Mario Licka semble être capable de faire cela, à l’extérieur, par contre Culma est indispensable. Un joueur pourrait aussi avoir son mot à dire, c’est Tripy Makonda, l’ancien parisien a brillé par le passé sous le maillot du PSG au poste de milieu excentré à gauche. Alors, pourquoi ne pas tenter ? Débarrassé de ses responsabilités défensives qui lui pèsent, le joueur pourrait s’affirmer. Brest doit tout envisager pour permettre à Nolan Roux d’exprimer son talent.

C’est tout le paradoxe brestois : compter une défense très affirmée (quand tout le monde est là) avec le précieux renfort de Zebina et avoir l’un des attaquants les plus prometteurs de l’hexagone et ne pas parvenir à faire le lien entre ces deux secteurs de jeu. Quand on voit les qualités de Nolan Roux, on a envie de crier « donnez-lui des ballons ! ». Lui fera le reste.

Vous pourriez aussi aimer