Foot 29
Là où commence le football

Frédéric Thiriez est « fier de Brest »

Frédéric Thiriez était en visite aujourd’hui à Brest. Après avoir rencontré les dirigeants et les joueurs. Il a tenu une conférence de presse à Pen Helen où ont été évoqués le centre de vie à Plougastel, la bonne gestion du club ainsi que l’Euro 2016.


LA FIERTÉ BRESTOISE

Frédéric Thiriez : « On dit que la Bretagne est une terre de football mais c’est bien à Brest qu’il y a la plus forte passion. Il y a ici une vraie passion mais aussi une vraie dynamique. Ce club est particulièrement attaché aux valeurs simples : le respect et la fierté de porter un maillot. Des valeurs qui ont tendance à disparaître. Les gens ici sont fiers d’être de Brest, c’est Michel qui me le disait. Moi je peux vous dire qu’en retour que je suis fier, en tant que président de la Ligue de ce que représente Brest pour le football français. »

 

LE CENTRE DE VIE DE PLOUGASTEL

Frédéric Thiriez   : « Dès la semaine prochaine sera signé l’acte constitutif de la SCI qui va être l’investisseur, maître d’ouvrage et propriétaire du centre de vie, de formation et d’entraînement du Stade Brestois pour une mise en service extrêmement rapide. On l’espère en début de saison prochaine. C’est un investissement privé sans le concours du contribuable. Ces équipements seront propriété du club à la fin du processus. Je ne sais pas comment a fait Michel Guyot mais il a réussi à fédérer une trentaine d’investisseurs régionaux et nationaux pour faire ce centre de vie à Plougastel. Peut-être, un jour, un nouveau stade. Je suis heureux de dire à Michel et à l’ensemble de ses collaborateurs que je suis fier de ce qui se fait ici, à Brest. »

 

DEUX PLANS B PRÉVUS

Michel Guyot : « La révision du PLU se termine le 31 décembre. Il ya des études de sol en cours dont on attend les résultats. Si toutefois, ça devait coincer à Plougastel, BMO, qui a beaucoup bougé depuis ce qu’il s’est passé à Guipavas nous a proposé deux solutions. Elles semblent correctes en cas de mauvaise surprise. BMO a pris conscience de la nécessité d’avoir un centre de vie. Bolt ne s’entraîne pas sur une piste avec des nids de poule. Le haut-niveau a des exigences. Il ne faudra pas venir dire à Corentin Martins, Michel Guyot, Jacques Jolivet ainsi que tous les gens qui m’entourent que l’on n’a pas su faire. On a su moduler la salle de Penfeld pour accueillir l’élection de Miss France. On ne parle pas du coût, c’est soit on veut, soit on ne veut pas. On aurait été une exception en France en ne le faisant pas. On ne peut pas décaler, c’est comme notre centre de vie. Le grand stade, c’est différent, il est nécessaire si l’on reste au plus haut-niveau. Actuellement, on a un centre de vie d’un autre temps Le centre de vie, c’est le moyen pour rester au haut-niveau. Concernant les subventions, j’ai eu Noël Le Graët, on a des droits. Jean-Yves Le Drian nous l’a dit à plusieurs reprises : il nous attend avec un dossier clair. Pierre Maille m’a aussi fait savoir que la formation, il l’accompagnerait parce  que le sport professionnel ne l’intéresse pas mais la formation des jeunes si. Le but c’est de permettre à nos gamins de rester chez nous. Pas d’élever un gosse pendant cinq ans, de s’occuper de sa scolarité pour qu’à l’arrivée, parce qu’on n’a pas de centre agrée, on le perde. On fait quatre ans, cinq ans et après on les donne au FC Lorient ? ça ne peut plus se passer comme ça. Désormais, la décision n’appartient plus à François Cuillandre, au président de BMO, ni au maire de Plougastel. On est dans une révision du PLU. En tout les cas, il faut se plier à toutes les mesures qui sont venues se rajouter depuis le Grenelle de l’Environnement sur les zones humides, la faune et la flore. On attendra ce verdict.
Les statuts du capital de la SCI vont être signés le 7 décembre, le capital, lui est réalisé depuis trois ou quatre mois. Il a été posé sur un compte séquestre car il n’y a pas lieu de le débloquer tant qu’il n’y a rien de concret. On ne sait pas encore quel foncier on doit acheter. L’architecte a terminé son projet mais il ne sera pas encore diffusé car nous avons une obligation de réserve. Nous n’avons pas envie de donner l’impression de forcer la main. »

BREST SUR LE PODIUM DE LA GESTION

Frédéric Thiriez : « Je tiens à féliciter le Stade Brestois pour sa gestion économique et financière. C’est une gestion propre, rigoureuse, transparente et c’est aussi équilibré malgré le contexte très difficile. On peut dire chapeau au Stade Brestois qui a une gestion impeccable. Pourvu que ça dure, on ne peut pas dire autant de beaucoup de clubs (Brest a le troisième meilleur résultat financier pour la saison écoulée). On est loin des 250 millions d’euros de déficit de Manchester City. Comment voulez-vous que le foot européen n’aille pas dans le mur ?  L’endettement des clubs espagnols et anglais est identique. Il faut compter 4 milliards d’euros, concernant les clubs français, il s’élève à 100 millions d’euros. C’est pour ça que les investisseurs étrangers se présentent en France mais ce que fait Brest en réunissant les investisseurs régionaux et nationaux, ça c’est formidable. »

L’EURO 2016

Michel Guyot : « Il a été question d’accueillir l’Euro 2016 à Brest. Il fallait un stade de 32.000 places, c’était le souhait ça n’aurait pas couté plus cher qu’un stade de 22.000 places avec les aides européennes. Malheureusement, nous étions en L2, nous rentrions dans le cadre pour accueillir des matchs de poule. C’est terminé, tant pis. »
Frédéric Thiriez : « C’est une grosse déception cette absence de l’Ouest dans l’Euro 2016. La moyenne d’âge de nos stades est de 66 ans, on est très en retard. On espérait avoir Rennes et Nantes mais ça ne s’est pas fait pour des raisons politiques que je respecte »

Vous pourriez aussi aimer