Inéluctable…

Quatre défaites d’affilée, le pire, c’est que Brest a cru ramener sa première victroire à l’extérieur ce soir à Sochaux mais le coup de gueule du coach sochalien à la pause a porté ses fruits et ses joueurs l’ont emporté (2-1). Les Brestois ne sont pas relégables que par le concours d’une différence de buts favorable. Ca va mal, très mal.

 

120331 sochaux brestEden Ben Basat et les Brestois filent tout droit vers la L2 (JM Louarn)

 

guillou

 

C’est un peu comme quand un chat joue avec sa proie et lui laisse croire qu’elle peut s’échapper mais se prend un énorme coup de griffe à la fin de l’histoire juste avant de se faire gloutonner. Les Brestois l’ont vécu à Lorient en menant 0-1 à la pause avant de perdre dans les dernières minutes (2-1). Bis repetita ce soir, lorsque Grougi ouvre la marque sur un coup-franc rempli de réussite (4e) on se dit que c’est pas possible,  c’est un épiphénomène, que Sochaux va vite égaliser.

Les minutes passent, Sochaux ne se crée pratiquement pas d’occasion et perd même son capitaine et gardien de but Teddy Richert sur blessure. La mi-temps est atteinte sur ce court mais extrêmement précieux avantage. Seulement, les Sochaliens reviennent avec de nouvelles intentions sur le terrain. Brest plie et concède rapidement un but, celui-ci est refusé. Tiens, et si la chance avait choisi le camp brestois cette fois?  Les minutes défilent et les Lionceaux croquent finalement les Brestois : un but de Maîga (77e) les remet dans le bain et cinq minutes plus tard c’est Privat qui plie l’affaire (82e). Comme à Lorient, Brest se fait punir en ayant mené au score.

Une faillite collective mentale et tactique. Pourquoi ne pas répliquer aux entrées en jeu de Sochaux en renforçant le milieu de terrain et surtout en soulageant Alphonse par l’entrée de Poyet ou Jemâa? Pourquoi les Brestois finissent toujours pas rompre en fin de match? Au classement, la chute est spectaculaire et on ne voit pas qui, ni quoi peut empêcher Brest de sombrer sous la barre de relégation. Ca ne semble être qu’une question de jours. Avec quatre défaites consécutives et des concurrents qui eux, ont lancé leur sprint final, Brest s’enfonce inéxoablement vers la L2.

Vous pourriez aussi aimer