Foot 29
Là où commence le football

Padraic Quinn, l’échappée celte

Padraic Quinn, est un ancien cycliste international. Natif de Galway, il a découvert la France en défendant les couleurs de l’UV Aube dans les années 90. Il dirige désormais la société Velotec (équipements cyclisme et triathlon). Il commente le Tour de France sur TG4 et a aussi pris une part active dans l’organisation du tour du Connemara.

 

120516 quinnPadraic Quinn lors d’une course en Irlande (Finistère Foot)

Padraic, comment est apprécié le football en Irlande ?
« Le foot en Irlande est apprécié de différentes manières. Quelques uns apprécient le Celtic mais globalement, c’est plutôt Liverpool.  Personnellement, moi, j’aime Everton. J’ai beaucoup de respect pour le foot en France. Les dirigeants de clubs ont de grandes capacités à trouver de bons joueurs, à les former et à bien figurer dans les compétitions malgré des moyens financiers plus faibles. Malheureusement, après, les joueurs partent. C’est souvent à Arsenal d’ailleurs. Ça me fait penser un peu à Everton qui forme des joueurs et qui doit les laisser partir dans les grands clubs, c’est ce qu’il s’est passé avec Wayne Rooney »

L’équipe de France est toujours un sujet sensible en Irlande après les qualifications pour la Coupe du Monde 2010 ?
« La colère contre l’équipe de France a disparu. Les gens comprennent avec le temps. Les Français ne sont pas des tricheurs, par contre, la situation reste plus compliquée pour Thierry Henry. S’il voulait jouer ici, je pense que ça serait difficile pour lui de trouver un club ! »

Vous avez suivi des matchs de L1 ?
«Oui un peu, quand j’étais en France. J’étais à Troyes, je voyais des fois Lorient, ça jouait pas mal. Globalement, je n’ai pas vu beaucoup de matchs vu que j’avais mes compétitions le week-end. »

 

120516 quinn 2Padraic Quinn avec Michael Swift (Connacht rugby) et Deval Devaney (championne irlandaise du team Trisport)

L’Irlande ressemble à la Bretagne, peut-on penser à des projets sportifs communs ?
« On est vraiment proche de la Bretagne. Les gens, le paysage. Quand je suis venu au Tro Bro Léon, j’avais plusieurs irlandais avec moi qui étaient étonnés de voir à quel point nos deux régions se ressemblent. Comme le dit souvent Jean Vantalon, ça serait vraiment bien qu’on puisse faire le pont entre tous nos pays. On est bien parti avec les Celtics Series, le Tro Bro Léon, par exemple, est bien identifié comme le Paris-Roubaix de Bretagne. Il y a beaucoup d’efforts de faits dans les années 80, c’est dommage qu’on n’ait pas poursuivi mais là, on a bien recommencé. »

C’est difficile à mettre en place
« C’est possible à faire mais il faudrait mettre beaucoup d’énergie. En Irlande, on est devenu plus proche des USA ou de l’Angleterre alors que culturellement, ça devrait plutôt être l’Ecosse ou la Bretagne. On doit subir beaucoup de conneries en provenance des USA à la télé. »

Les choses semblent se mettre en place tout de même
« On fait des efforts, notamment sur TG4. Je commente le Tour de France en direct, et c’est intégralement en gaélique. Il ya beaucoup de projets culturels qui peuvent se monter : ici, vous avez Tébéo, des partenariats sont possibles entre Irlande et Bretagne. On va essayer de le faire d’ailleurs avec le Tour du Connemara le 26 mai ou il y a aura quelques cyclistes français et surtout Bernard Hinault »

 

CELTIC SERIES
VELOTEC

Vous pourriez aussi aimer