Brest, c’est fou !

Décidément, Brest adore se compliquer l’existence. Baladés en première période, les Bretons se sont brusquement réveillés au moment de la blessure de Grougi. Un déclic qui a apporté une révolte salvatrice et récompensée de trois points.

120922 brest va-249L’égalisation de Jonathan Ayité était déjà un grand soulagement  (JM Louarn)

Tout avait bien commencé pour Brest avec ce coup-franc de Grougi sur la barre de Penneteau (5e) qui mettait le danger dans le camp nordiste. Seulement, après, les choses se compliquent sérieusement avec une percée de Dossevi qui se présente seul face à Thébaux et le fusille sans opposition (11e). Brest n’arrivera pas à se relever de ce mauvais coup durant de longues minutes.

120922 brest va 10-258Grougi et Ducourtioux restent au sol, Baysse et Sissoko sont inquiets  (JM Louarn)

 

120922 brest va 16-264L’égalisation d’Ayité va redonner la confiance aux Brestois  (JM Louarn)

C’est un mauvais coup qui finalement les réveille, Grougi et Ducourtioux se heurtent : le Brestois est contraint de sortir sur civière (56e). Brest se met alors à attaquer : Lorenzi centre : Penneteau manque le ballon, pas Ayité qui égalise (61e). Peu de temps après, un dégagement de Baysse se transforme en passe quasi-décisive pour Ben Basat qui se glisse entre Isimat-Mirin et Gil.

120922 brest va 22-270Ben Basat est au sol, le penalty sera sifflé et Gil expulsé  (JM Louarn)

L’attaquant israélien attend que le défenseur brésilien vienne au contact pour se laisser déséquilibrer. Le penalty est sifflé et transformé par Ben Basat (76e). Brest s’impose dans un match qui aurait dû être plié à la pause si Valenciennes avait été réaliste. La bonne étoile évoquée par Landry Chauvin en fin de match brille très fort sur Le Blé.

{igallery id=4142|cid=14|pid=1|type=category|children=0|showmenu=0|tags=|limit=0}

Vous pourriez aussi aimer