Plabennec – Concarneau ne se rejouera pas

Steven Coat et l'arbitre, une affaire qui marche

La Commission d’Appel de la FFF a déjugé aujourd’hui sa devancière qui avait donné Plabennec – Concarneau à rejouer. Il n’y aura pas de « replay » samedi et les Concarnois conservent les quatre points de leur victoire initiale (1-2).

On ne comprend plus grand chose aux atermoiements de la FFF dans le dossier Plabennec – Concarneau, alors, il va être plus simple de revenir sur les faits : le 14 février, on joue la 56e minute du derby finistérien (18ème journée). Plabennec mène 1-0 et Concarneau égalise dans la confusion : Steven Coat propulse la balle dans ses propres filets mais un attroupement se forme autour de Nicolas Jouffrey, l’arbitre de la rencontre, car, sur les conseils de Gwen Servais, le capitaine plabennecois pose une réserve, ses paroles sont retranscrites sur la feuille de match : « Vous sifflez pendant l’action, on s’arrête finalement après le coup de sifflet, le ballon finit sa course dans les filets. À la surprise générale, vous acceptez le but. »

Jeudi 19 mars, un mois plus tard, la Commission a donné raison aux Plabennecois. A l’époque, l’arbitre disait qu’il avait sifflé car il pensait que la balle était sorti en corner dans un premier temps puis comme son juge de touche a validé le but dans la foulée, il l’a suivi.

Aujourd’hui, 13 avril,  soit près de deux mois après la rencontre, la Commission d’Appel est revenue sur sa décision du 19 mars et maintient le résultat (1-2 pour Concarneau), c’est ce qu’a appris Franck Kerdilès en appelant la FFF cet après-midi. Pour l’instant, les clubs n’ont pas encore reçu la notification écrite de la décision « mais je l’attends avec impatience » explique Michel Pommelec le président plabennecois qui admet ne « pas comprendre la décision. » Plusieurs éléments restent troublants : « La vidéo n’était pas  recevable en mars, et là, en appel, ils nous demandent de produire la vidéo. Il y a déjà une incohérence. Pendant  la réunion, Concarneau n’a rien apporté, c’est même pire, un membre de la Commission a bien dit que l’arbitre avait sifflé avant et, malgré tout, ils ont demandé à l’arbitre de faire un rapport complémentaire. Son mail est arrivé à 1h du matin dans la nuit de jeudi à vendredi alors qu’il aurait du être présent à cette réunion. On ne comprend pas pas toutes ces tergiversations car tout était clair. »

Ce qui est étonnant, c’est que deux Commissions successives se contredisent alors qu’aucun nouvel élément réel n’a été versé au dossier par les Thoniers. « Les Concarnois n’ont pas voulu se déplacer la première fois puisqu’ils disaient n’avoir rien vu ni entendu. Là, jeudi dernier, ils se sont déplacés et ils ont vu que les joueurs ne s’étaient pas arrêtés au coup de sifflet…  » fulmine Michel Pommelec. « On nous a convoqué le mardi après-midi pour venir le jeudi à Paris, on sent qu’ils n’ont pas forcément envie que tu viennes en faisant ça. J’ai réussi à me libérer et on voit, alors que nous, on fait tout pour se déplacer,que de l’autre côté, ils acceptent que l’arbitre puisse envoyer un simple  mail dans la nuit du jeudi au vendredi. On n’est pas tous sur le même pied d’égalité. »

Désormais, Plabennec va oublier cette affaire : « Il n’y a rien à faire. On va en rester là.  Ça prouve que les Concarnois avaient peur de venir chez nous ça c’est rassurant (rires) mais on estime qu’on a été volé. On va passer à autre chose »et se sauver au plus vite, avec, lot de consolation, une semaine de repos.

Vous pourriez aussi aimer