Le manque d’ambition a été puni

La composition brestoise ne laissait guère de doutes sur les intentions d’Alex Dupont. Exit Grougi et Pérez pour bétonner en rajoutant Sankoh au milieu de terrain. Une tactique frileuse surtout chez l’une des formations les plus faibles du championnat alors qu’il parait que Brest vise le haut du classement. Le pire, c’est qu’on pense que ça peut fonctionner quand Koubemba reprend une offrande de Joseph Monrose (23′). Un avantage qui ne tient pas longtemps, la faute à l’absence de marquage des Brestois sur corner. Dix joueurs, aucun qui ne marque Nouri au second poteau qui fusille Hartock (37′).

En deuxième période, les Corses accèlèrent. Ranneaud sauve les siens (52′) avant qu’Hartock ne doive s’employer sur une frappe d’Abergel (54′). Trois minutes après, Ranneaud est expulsé pour un deuxième avertissement, alors que le premier était bien sévère (57′). Ca ne change pas grand-chose à la physionomie de la rencontre avec des Ajacciens qui sont très maladroits mais volontaires offensivement. C’est encore sur un corner que Brest se fait avoir. Marchetti, 18 ans, reprend de la tête au milieu des défenseurs finistériens (75′). Et oui, les jeunes joueurs, ça fait aussi gagner des rencontres, on le sait partout, sauf à Brest !

Les rentrées d’Alphonse et Battocchio sont bien évidemment trop tardives. Le Stade Brestois n’a pas voulu jouer au football et a été puni en conséquence. En 22 journées, l’équipe d’Alex Dupont a déjà enduré autant de défaites (9) que lors de la saison passée. Vendredi, c’est le Paris FC qui arrive, et, ça sera un match à gagner pour le maintien, il n’y a que ça à espérer et vu les dernières prestations, c’est très loin d’être acquis.

Vous pourriez aussi aimer