Les supporters brestois n’ont pas besoin de leçon

Le supporter brestois a une qualité qu’on ne peut pas lui enlever, il est fidèle et chauvin. Son histoire n’a pas débuté lors de la dernière montée en Ligue 1 du club en 2010. A maintes reprises, ce public a prouvé sa fidélité et sa ferveur.  Alors quand Alex Dupont conseille à ces supporters d’aller faire un stage à Guingamp, un petit rappel s’impose.

Au fond des années de galère, dans le bourbier du CFA, en 2000, Le Blé résonnait plus qu’aujourd’hui. Les 12 000 cœurs rouge et blanc qui vibraient à l’unisson pour un simple derby pour pousser Franck Lérand, Gilles Kerriou et Stéphane Sergent contre la GSI Pontivy avaient-ils des leçons à prendre de leur voisin? Non, même si parfois ils s’éloignent de leur stade, la plupart ne donne pas sa passion à un autre. Le Brestois est fier, souvent décrié pour son manque d’affection pour ses voisins mais c’est parce qu’il donne sans compter et qu’il n’admet pas qu’on ne lui donne pas tout en retour.

En parlant de leçon, il y en a une qui n’est pas prête d’être oubliée. Un soir d’août 2004 plus de 2000 brestois se rendent au Roudourou pour le premier match de la saison du retour en L2 du Stade Brestois. L’équipe brestoise et ses supporters, avec leurs petits moyens, donnent une leçon au Guingamp qui descend de L1, alors surnommé le Chelsea de la L2. Une victoire qui reste dans les mémoires.

Guingamp – Brest 2004 : Supporters Brestois à… par MaXx29200

Même en pleine galère, en 2005/2006, quand trois entraîneurs se succèdent en une saison (Rust, D’Agostino et Goudet), que le club n’a pas offert la moindre victoire à ses supporters à domicile depuis le mois de décembre, ils sont quand même 8500 pour la dernière à domicile quand Brest joue son maintien en L2 face à des Caennais qui peuvent monter en L1. Ils n’ont pas lâché leur équipe car ces joueurs, bien que limités, eux, ne trichent pas, que la personne sur le banc de touche a fait front avec son président Michel Jestin pour demander un soutien qui a été automatiquement accordé.

On peut se poser des questions devant le spectacle proposé cette année. Tout le monde avait ressenti que le relation entre les supporters et le club s’était irrémédiablement cassée lors de l’élimination en Coupe de France contre Auxerre qui couronnait l’échec de la montée en L1. Aujourd’hui, la Route de Quimper est à moitié vide, comme la Arkea, comme Foucauld. Eurodiff est carrément fermée. On peut leur faire porter pas mal de responsabilités mais ce ne sont pas les supporters qui ont vidé les salons VIP…

Ce club et ses supporters ont traversé tellement de galères, joué tant de fois avec le feu et le vide qu’on ne peut pas leur demander d’aller prendre des leçons chez un voisin qui a eu l’extrême chance de connaître la stabilité à sa direction, qui dispose d’un stade digne de recevoir ses supporters . Il a aussi la chance de connaître un entraîneur qui a fait grimper l’équipe du National en Ligue 1, qui a gagné la Coupe de France. Une ascension débutée alors que Brest était en L1 avec le même entraîneur qu’aujourd’hui.

Pas sûr que ceux qu’on montre du doigt soient ceux qui aient le plus besoin d’un petit stage…

Vous pourriez aussi aimer