Foot 29
Là où commence le football

Brest prend un point

0-0, match nul…. Pas grand chose d’autre à retenir de ce match. Brest ne peut pas se défendre à armes égales dans ce championnat tant que le recrutement ne sera pas terminé. Trois journées de championnat et le tour express de Coupe de la Ligue, c’est trop, beaucoup trop de matchs joués avec un effectif aussi réduit.

On a tendance à dire que Jean-Marc Furlan est un sorcier. L’entraîneur breton a réussi des choses incroyables dans sa carrière à commencer par le début de saison stadiste l’année dernière. On était d’accord pour dire qu’avec l’effectif qu’il avait c’était un miracle. Que dire aujourd’hui?

L’effectif était famélique en 2016 à la reprise, cette année, il l’était moins mais nettement amoindri. Cependant, Brest sortait d’une formidable saison avec un capital séduction regonflé au maximum. Alors comment expliquer que l’an passé au même stade de la saison, Brest avait bouclé son recrutement et qu’aujourd’hui il est le seul club de Ligue 2 à être aussi en retard dans son recrutement? Le nombre de recrues? Le budget? D’autres clubs avaient autant voire plus de joueurs à recruter et parfois avec des moyens inférieurs. Aujourd’hui, même s’ils n’ont pas tous bouclé leur recrutement : ils sont compétitifs.

Brest ne l’est pas. On avait presque mal au cœur ce soir de voir Butin tenter de s’imposer devant avec une équipe qui ne parvenait pas à le trouver. Il se bagarre mais il n’est pas fait pour être seul en pointe, lui même le dit. Mais que faire d’autre?

Brest est furieusement inoffensif. Elana avait ramassé six fois le ballon dans ses filets avec le Gazélec en clôture de la saison précédente. Ce soir, il n’a tremblé que sur un coup-franc de Berthomier qui a heurté son équerre en première mi-temps. En face, Larsonneur, et c’est là le rayon de soleil du début de saison brestois, a été parfait. Il a veillé sur ses buts et a sorti au moins deux grosses parades en première période alors que les Corses dominaient les débats. Il a été au chômage technique après le repos mais il  a démontré qu’on pouvait compter sur lui à l’échelon professionnel.

Devant lui, ses coéquipiers ont multiplié les travaux d’approche en monopolisant le ballon mais impossible de déséquilibrer la défense ajaccienne d’autant plus que Butin, jouait blessé depuis les premières minutes du match.

Samedi, c’est un déplacement à Lens qui se profile et si des renforts n’arrivent pas d’ici là, l’après-midi pourrait être très douloureuse dans le Nord et aux antipodes de celle vécue la saison dernière d’autant plus que Butin, Bernard et Grougi sortent blessé du stade ce soir.


Brest – Gazélec Ajaccio : 0-0
Arbitre : M. Wattelier.
6700 spectateurs
Avertissements :
Grougi (18′), Belaud (32′) pour Brest
Perquis (12′), Mombris (25′), J. Marveaux (37′) pour le Gazélec Ajaccio
BREST : Larsonneur – Belaud, Castelletto, Weber, Bernard – Grougi (cap) (Gastien, 46′) – Pi, Berthomier (Labidi, 70′) – Faussurier, Butin, Autret (Henry, 64′).Entraîneur : J.-M. Furlan.
GAZELEC AJACCIO : Elana – G. Puel, Clerc, Perquis, Bréchet (cap), Mombris – J. Marveaux, M’Changama (Kemen, 75′) – F. Diabaté (D. Gomis, 67′), Maah (S. Ribéry, 67′), Court.Entraîneur : A. Cartier.

Vous pourriez aussi aimer