Brest à plein gaz vers la L1

Il flotte un parfum irréel à Brest en ce moment. Comme si le club ne pouvait plus perdre alors que l’enfer lui était prédit en janvier le Stade Brestois s’est successivement « payé » Le Havre puis Arles-Avignon en ramenant, entre temps, le nul de Metz. Grâce à un doublé d’Autret et au 10ème but de Roux (ci-dessus, félicité par Bouard), Brest repousse son adversaire du soir à onze points et s’installe confortablement sur la deuxième marche de la L2.

Les Brestois peinent à lancer leur match. Il faut attendre vingt minutes pour voir les coéquipiers d’Ewolo se créer une véritable occasion. Sur celle-ci, Roux s’exile bien côté droit et centre pour Autret qui ne parvient pas à couper la trajectoire du ballon (20e).

Une poignée de secondes plus tard : photocopie ! Sur un nouveau service de Bouard, Roux s’échappe côté droit et centre aux 6M pour Autret, mais, cette-fois, le jeune milieu brestois assure du plat du pied pour fusiller Merville (21e).

Après ce but, Brest maintient sa domination pendant quelques minutes, mais, petit à petit, laisse des espaces à Arles-Avignon. Les hommes de Michel Estevan s’enhardissent alors et font mouche sur leur première réelle incursion. Dalé s’enfonce aisément dans la défense stadiste et centre impeccablement pour Guise qui marque de la tête au milieu d’une défense spectatrice ( 44e)

Après la pause, les joueurs d’Alex Dupont restent sur le même rythme monocorde. Arles-Avignon maintient un pressing haut qui gêne considérablement les Finistériens.

La solution collective étant visiblement introuvable ce soir, Nolan Roux tente sa chance de loin. L’attaquant brestois surprend la défense d’Arles-Avignon, y compris le malheureux Elie qui contre la frappe du Brestois, suffisamment pour tromper Merville qui ne peut rien. Du grand art pour le « petit gars du coin » ! (54e, ci-dessus)

Les visiteurs tentent alors de refaire leur retard, mais c’est assez désordonné. Côté brestois, de toute façon, cette soirée est celle de Mathias Autret. Le joueur natif de Saint-Thégonnec enroule un bijou de frappe dans la lucarne d’un Merville qui regarde, pantois, le cuir claquer l’humide toile d’araignée (72e, ci-dessus)

Brest retrouve son allant et multiplie les frappes sur les buts de Merville. ici, Poyet récupère lui-même un ballon et enchaîne avec une frappe qui frôle les buts visiteurs (75e, ci-dessus).

Mathias Autret passe tout près du triplé ! Ci-dessus, on le voit très bien lancé par Poyet, il se présente seul face à Merville qui parvient, du bout du pied, à détourner la frappe du brestois (79e).

Rien ne peut arriver à Brest lorsqu’il est comme ça, et rien ne lui arrive. Au coup de sifflet final, David Bouard se précipite pour venir féliciter « le petit gars du coin » qu’il a pris sous son aile cette saison.

Fabien Laurenti, le dernier arrivé, ne connaît pas de souci d’intégration, ici, il félicite Nolan Roux, qu’il a rencontré à Lens, pour son dixième but de la saison.

Michel Guyot, le président brestois, savoure aussi cette soirée. Brest consolide sa deuxième place et compte neuf points d’avance sur le quatrième, Le Havre. Mais, comme le souligne Alex Dupont, il n’y aussi que quatre points de retard sur Caen : C’est dit : le Stade Brestois regarde droit devant, et même si l’on se refuse à la nommer, c’est la L1 au bout du chemin.



BREST – ARLES-AVIGNON : 3-1
6639 spectateurs
Jérôme Auroux
Buts :
Autret (21e et 54e) Roux (72e)
Guise (44e)
Avertissements :
Fabien (45+1) pour Brest
Guise (32e) Dale (36) Elie (63e) Esor (69e)pour Arles-Avignon

:Elana – Laurenti, Brou Apanga, Kantari, Fabien – Ewolo (cap) (Ferradj 73e), Bouard – Poyet, Grougi (Socrier 56e), Autret (Leroy 84e) – Roux

: Merville – Soro, Reynaud, Elie, Vergerolle (Cirilli 83e) – Esor (Mathlouthi 74e), Piocelle (cap) (Corrèze 64e), Ayasse, Guise – Dale, K.Diawara

Vous pourriez aussi aimer