Plabennec hors sujet contre Alfortville

Les Plabennecois ont complètement manqué leur match de reprise. Battus par la désormais ex-lanterne rouge Alfortville, les Bretons ont eu la chance de revenir à deux minutes de la fin du temps réglementaire grâce à Soki N’Zinga mais sont repartis à l’abordage pour finalement tout perdre dans les arrêts de jeu (1-2).

C’est une impression de déjà vu qu’offre ce match contre Alfortville. Plabennec, sans imagination, se fait cueillir par une formation d’Alfortville appliquée. Un premier coup franc manqué de Richetin est récupéré par Coat mais c’est sans danger (4e). Quelques coups de griffes éclairent la rencontre comme cet extérieur du pied de Richetin qui manque le cadre (21e) ou cette frappe soudaine et vicieuse de David que Scribe doit claquer (30e).

Cela reste globalement insuffisant pour déstabiliser une équipe parisienne qui met Mottier sur le grill avec des tentatives de Moukouri (5e) ou de Doumbia, oublié sur le côté droit, que le portier plabennecois maîtrise au dernier moment (25e). Quelques minutes après, l’oubli de la défense bretonne ne peut, cette fois, être récupéré par le dernier rempart finistérien : Beauregard, seul au second poteau, fusillant Mottier sur un ballon mal jugé (38e). C’est un avantage à la pause logique tant les Plabennecois ont manqué de punch et n’ont que peu inquiété Scribe, qui, certes, peut tout de même se montrer heureux de voir sa barre repousser un tir d’Arguilhé qui avait été dévié par N’Diaye (34e).

Longtemps, le corner de David cafouillé devant les buts de Scribe reste la dernière opportunité des locaux (41e). Logiquement, les Alfortvillais deviennent de plus en plus confiants. Il faut même un véritable miracle pour qu’ils ne doublent pas la mise : parti à la limite, Moukouri se présente seul face à Mottier et expédie une frappe sur le poteau (65e) ! Roudaut et Pinvidic reviennent en catastrophe et empêchent l’attaquant adverse de finir le travail.

La suite des débats n’est pas plus emballante. Si Alfortville se signale encore par un coup franc de Beauregard trop enlevé (69e), Plab’ manque aussi de précision comme lors de centre fort d’Arguilhé qui ne trouve destinataire (76e). Mottier souffle quand un attaquant d’Alfortville exécute un centre-tir que la barre plabennecoise renvoie (86e). Signe du destin ou pas, N’Zinga en position favorable, lui, ne se pose pas de question et exécute Scribe (88e) qui avait tout de même vu juste avant des tentatives de Bégot lui chauffer les oreilles. Un fugace espoir, puisque dans les arrêts de jeu, Moukouri s’en va marquer son but après un rush à la desperado (90+2).

Vous pourriez aussi aimer