La FFF coupe le sifflet des arbitres professionnels

Mais jusqu’où va aller le football français? Cet été, les footballeurs se sont fait piteusement remarquer par leur grève de l’entraînement. Ce soir, c’est au tour des arbitres de se mettre en avant en dehors du terrain.

L’histoire débute hier soir, le SAFE (Syndicats des Arbitres Français de l’Élite) fait savoir qu’il envisage de retarder le coup d’envoi de toutes les rencontres de L1 samedi soir pour protester contre « le mépris profond des arbitres par tous les acteurs du football » et « l’impérieuse nécessité de revenir à un climat apaisé et respectueux des arbitres ». Évidemment, la LFP ne tarde pas à réagir, son président Frédéric Thiriez disant qu’il ne pouvait « pas subir un préjudice du fait de ce mouvement des arbitres » La réplique tombe cet après-midi avec la décision de la FFF (employeur des arbitres à qui la LFP verse 11 millions d’euros par an) qui suspend les arbitres de l’élite pour le week-end en désignant à leur place des arbitre « fédéral 3 » qui, d’ordinaire, officient en National ou sont manieurs officiels du panneau électronique en L1.

Dans cette bagarre de cour de récréation la dernière salve de sable a été lancée ce soir par les arbitres des matchs de L2 qui ont décidé de retarder le coup d’envoi des rencontres de trente minutes, prenant ainsi tous les acteurs et spectateurs en otage de la guerre qu’ils livrent aux instances de la FFF.  En vérité, les arbitres veulent simplement leur part du gâteau du contrat Nike signé par la FFF (40 millions d’euros par an). Début janvier, ils devaient porter le maillot signé de la virgule mais le SAFE réclame deux millions d’euros  pour revêtir cette nouvelle tunique et comme Fernand Duchaussoy n’a pas accédé à cette requête, ils portent depuis janvier des maillots vierges de toute marque. On peut comprendre le sentiment de persécution, parfois, joueurs comme dirigeants dépassent les bornes dans leur réaction mais les arbitres sont professionnels depuis de nombreuses années, il conviendrait maintenant d’avoir le comportement idoine car cette action est tout à fait inappropriée.

La situation ne serait-elle pas plus saine si les discussions étaient possibles sur le terrain, si les arbitres ne mettaient pas une distance qui passe souvent pour du mépris avec les joueurs? Le manque de dialogue est certainement la source de toutes ces tensions entre les acteurs du football. On peut se tromper, tout le monde est d’accord là-dessus, on peut aussi l’admettre et accepter la critique. Après tout, quand un joueur est mauvais, personne ne se prive pour le lui faire remarquer. Pour ce qui est des histoires pécuniaires, les arbitres et la fédération doivent laver leur linge sale en famille mais ne surtout pas y mêler ceux qui ont d’autres préoccupations.

Vous pourriez aussi aimer