Un point et des regrets pour débuter la saison brestoise

Brest avait tout pour remporter ce match. Deux grossières erreurs de Castelroussins, un but splendide de Pandor mais un trop grand laxisme défensif a contraint le Stade Brestois au partage des points avec Châteauroux (3-3) au terme d’un match fou.

Pour ce premier match sur le synthétique de Châteauroux, la chance semble enfin sourire à Brest en compétition. Bonnefoi essaie de capter un centre de Lesoimier mais se manque et relâche le ballon. Grougi qui a bien suivi pousse, de la tête, la balle au fond des filets (17e).  Brest est conquérant en ce début de rencontre et malgré quelques minutes plus compliquées aux abords de la pause, les Finistériens tiennent bien le cap et regagnent les vestiaires avec ce petit but d’avance. Après le repos, les Castelroussins sont bien plus entreprenants et, sur un centre de  Nestor, Dupuis parvient à s’infiltrer entre Lejeune et Makonda pour venir fusiller Thébaux (51e).

Tout est à refaire pour Brest qui reste sans réaction lorsque Kinkela tire un coup-franc que seul Fournier essaie de toucher. La défense brestoise regarde Thébaux encaisser le deuxième but (64e). Heureusement, Brest peut compter sur Pandor, le petit milieu de terrain prêté par Monaco, décoche une frappe aussi soudaine que précise. Des 25 mètres, son tir va se loger dans la lucarne d’un Bonnefoi qui, cette fois, ne peut rien (71e).

Les hommes d’Alex Dupont vont donc repartir avec un point du Berry. Peut-être pas ! Riva lance involontairement Ayité. Le Togolais se joue parfaitement de la sortie du dernier rempart de Châteauroux d’un plat du pied (81e). En fin de match, Brest voit une deuxième fois les joueurs de Tholot revenir au score. La défense finistérienne est encore fautive tout comme Thébaux qui ne s’impose pas suffisamment dans les airs et le cafouillage profite à Bain  qui permet à ses couleurs de ne pas perdre ce match d’ouverture (89e).

Pour Brest, malgré un bon match avec un Grougi retrouvé, les regrets sont là. Avec plus de rigueur, la victoire ne devait pas échapper à la bande d’Alex Dupont. Il est difficile de mettre un élément particulier sur la sellette mais il y a beaucoup de travail à accomplir dans cette défense, pour tous, mais il ne faut pas oublier qu’un camarade les a lâché hier au dernier moment. Il y a des regrets mais aussi du travail et des espoirs pour l’entraîneur brestois.

Vous pourriez aussi aimer