Foot 29
Là où commence le football

Bilan des trois dernières saisons brestoises

LE BILAN GLOBAL

brest_laval_2

Les chiffres ne mentent pas, d’autant plus si on se base sur trois saisons. A la lecture du bilan (ci-dessous), on se rend compte que les Brestois, s’ils ont parfois tutoyé le podium, voire même grimpé au sommet de celui-ci (lors de la saison 2014/2015), ont réalisé trois saisons moyennes. Le fait d’avoir été aussi haut (1er pendant deux journées lors de la saison 2014/2015) et tout aussi bas (4 journées aux 17e, 18e et 19e place lors de la saison 2013/2014) font de Brest, un club moyen sur ces trois saisons.

Sur les 114 matchs de L2 disputés, Brest n’a gagné que 41 fois, pour 37 nuls et 36 défaites. En faisant la moyenne, on arrive à une “saison-type” à 54 points et si l’on s’amuse à caler une équipe à 54 points dans les classements des trois saisons écoulées, on voit qu’elle se classe 10e en 2013/2014, 9e en 2014/2015 et 9e en 2015/2016. Brest a donc réalisé un parcours d’une équipe du ventre mou malgré des apparences parfois trompeuses.

Classement

LA DÉFENSE

brest_laval_2

Durant ses deux premières saisons, Brest a eu une énorme qualité, c’est sa défense axiale avec aussi son portier Alexis Thébaux. Néanmoins, la clé de voute de cette défense a été le duo formé par Ismaël Traoré et Simon Falette. Les deux joueurs se sont avérés extrêmement complémentaires et ont fini les deux premiers exercices à la deuxième place de la division. Des performances qui auraient dû être synonymes d’accession si le compartiment offensif n’avait pas été aussi défaillant. Les départs de Thébaux, Traoré et Moimbé l’été dernier ont considérablement affaibli la défense, qui, sans une très bonne saison de Joan Hartock aurait pu afficher un bilan plus négatif. Après deux saisons comme deuxième meilleure défense avec 32 et 27 buts encaissés, la saison 2015/2016 a nettement rompu avec les chiffres précédents avec un neuvième rang et 41 buts encaissés !

Saison 2013/2014

defense 2013-2014

Saison 2014/2015

defense 2014-2015

Saison 2014/2015

defense 2015-2016

 

L’ATTAQUE

brest_auxerre_4

Le Stade Brestois n’a pas connu de révolution sur le front de son attaque malgré le défilé de joueurs différents qui ont composé les lignes offensives. La saison 2013/2014 a été la plus compliquée mais, malgré un faible nombre de buts marqués (38), il y a une vraie palette de buteurs avec Verdier (10 buts), Grougi (9 buts), Ayité (7 buts) et Alphonse (6 buts).

L’année suivante, les arrivées en masse de recrues dans le secteur ne marchent pas (Samassa, Courtet, Adnane, notamment), ça ne prend pas. Toutefois, en une demi saison Adnane et Courtet (5 buts chacun) marquent quasiment autant que les meilleurs marqueurs sur une saison complète : Alphonse et Grougi (6 buts chacun).

En 2015/2016, c’est une catastrophe avec 34 buts marqués, Brest évite la dernière place pour deux buts. Derrière Adnane (10 buts), c’est le désert puisque ce sont Battocchio et Pelé qui apparaissent avec cinq buts.

Finalement, ces trois années se ressemblent assez. 16e, 13e et 19e attaque, Brest n’a jamais réussi à trouver la bonne formule. Aucun joueur n’a été en mesure de franchir la barre des dix buts malgré une animation différente, des joueurs différents. C’est un problème chronique qu’il faudra régler.

Saison 2013/2014

attaque 2013-2014

Saison 2014/2015

attaque 2014-2015

Saison 2015/2016

attaque 2015-2016

LES MERCATOS

Le Stade Brestois a souvent connu des mercatos très animés.  32 joueurs ont signé au SB29 depuis la descente en Ligue 2. Finalement, on se rend compte, que là où le club était contraint par la DNCG, c’est à ce moment là qu’il a réussi les meilleurs coups avec Falette, Moimbé, Ramaré, Pérez et Verdier. Les deux années suivantes sont bien plus compliquées avec un taux de réussite similaire et anormalement bas (en dessous des 50%). A noter que le mercato hivernal de la deuxième saison a été extrêmement fourni et il est le seul. Une seule arrivée en 2013/2014 (William Sea) comme en 2015/2016 (Yaya Sané) contre quatre en 2014/2015 (Bryan Pelé, Gaëtan Courtet, Youssef Adnane et Bilal Hamdi).

[mks_accordion]
[mks_accordion_item title=”Recrues 2013/2014″]
Simon Falette, Wilfried Moimbé, Florian Lejeune (prêt), Johann Ramaré, Manuel Pérez, Nicolas Verdier, Dominique Pandor, William Sea
[/mks_accordion_item]

[/mks_accordion]

brest_istres_6

[mks_progressbar name=”Taux de réussite : 63%” level=”5/8 recrues” value=”63″ height=”20″ color=”#e5192c” style=”rounded”]

 

[mks_accordion]

[mks_accordion_item title=”Recrues 2014/2015″]
Stéphane Tritz, Gaëtan Belaud, Bryan Pelé, Alexandre Cuvillier, Cheick Doumbia, Birama Touré (prêt), Bilal Hamdi, Chahir Belghazouani, Jason Ranneaud, Gaëtan Laborde (prêt), Mamadou Samassa, Gaëtan Courtet, Youssef Adnane
[/mks_accordion_item]

[/mks_accordion]

reprise_brest_2

[mks_progressbar name=”Taux de réussite : 31%” level=”4/13 recrues” value=”31″ height=”20″ color=”#e5192c” style=”rounded”]

 

[mks_accordion][mks_accordion_item title=”Recrues 2015/2016″]
Donovan Léon, Yaya Sané, Baïssama Sankoh (prêt), Ali Keïta, Jean-Alain Fanchone, Maxime Brillault, Grégory Lorenzi, Eric Tié Bi, Cristian Battocchio, Kévin Koubemba (prêt), Steven Joseph-Monrose
[/mks_accordion_item]

[/mks_accordion]

fanchone

[mks_progressbar name=”Taux de réussite : 27%” level=”3/11 recrues” value=”27″ height=”20″ color=”#e5192c” style=”rounded”]

 

L’AFFLUENCE

La tribune Foucauld lors de Brest - Créteil le 4 mars 2016
La tribune Foucauld lors de Brest – Créteil le 4 mars 2016

Durant ces trois saisons, Francis Le Blé s’est désertifié. Lors, de la première saison, une seule fois, le stade a accueilli moins de 6000 spectateurs et c’était pour Brest – Auxerre, le 15 février 2014, le lendemain du passage de la tempête Ulla qui avait fait beaucoup de dégâts dans le Finistère. Dans la saison, la barre des 9000 specateurs a été franchie à trois reprises. En 2015/2016, ce seuil n’est franchi qu’une fois et c’est grâce à l’opération Vent Debout du Crédit Mutuel avec près de 5000 invitations. Le Blé accueille 12494 spectateurs. Un pic facilement repérable dans la courbe ci-dessous d’autant plus que le match précédent et le match suivant n’ont attiré que la moitié de cette affluence. Cette dernière saison, d’ailleurs, à cinq reprises, l’affluence est descendue sous la barre de 6000 spectateurs. Des chiffres d’autant plus inquiétants puisque, comme le montre la photo ci-dessus prise contre Créteil, malgré les 5418 spectateurs “officiellement” annoncés, l’affluence est en réalité moindre.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Vous pourriez aussi aimer