Le Stade Brestois est à un carrefour de son histoire. La Ligue 1 est désormais un lointain souvenir après trois années laborieuses en Ligue 2. Le retour d’Alex Dupont s’est avéré un échec et le club a fini comme asphyxié des trois saisons dirigées par le duo Yvon Kermarec – Alex Dupont même s’ils ont eu le mérité d’essayer de redémarrer la machine après la descente. Depuis qu’il a pris les clés du club, le nouveau président Denis Le Saint articule son discours autour de deux maîtres mots  : l’envie et la formation. Des termes qui résonnent sur la vieille carcasse de Francis Le Blé qui semblait tellement terne ces derniers mois. La passion a déserté les travées de Le Blé et pour remettre de la couleur, le nouveau président a décidé de remettre en avant la couleur rouge sur les tenues des joueurs.

Un symbole qui en appelle d’autres. Comme le soleil qui est revenu à Brest mardi alors qu’une grande partie du pays est noyée sous la pluie, et c’est précisément ce jour-là que Jean-Marc Furlan a été présenté aux médias. Le nouveau technicien se veut ambitieux en précisant qu’il vient “monter un projet de jeu, de vie en ayant un football pérenne”. Ce football qui doit être “un plaisir partagé avec joueurs,  dirigeants et supporters, idéalement avec des joueurs nés dans le centre de formation.”

Certes, il faut attendre les actes mais ça fait longtemps que l’on avait pas eu autant envie de débuter une saison. Les mots prononcés collent avec les attentes des des supporters : de l’envie, du plaisir, avec des joueurs du crû, on pourrait croire qu’il “se lève à nouveau à l’Ouest, le soleil rouge”.