Jean-Marc Furlan : “Brest en L1, ça ne sera pas cette année”

C’est une sale soirée. Ce n’est pas Jean-Marc Furlan qui dira le contraire. Insulté par un spectateur de la tribune Foucauld à l’issue du match, il a eu le mauvais réflexe de répondre d’un doigt d’honneur. Il s’en est expliqué en conférence de presse.


Cependant, il est tout de même piquant de noter que les problèmes avec les acteurs du rectangle vert proviennent de la tribune dite “officielle”. On se souvient de l’affaire Chafni notamment en Ligue 1 ou une insulte émanait des loges. La Route de Quimper, bien que décriée, n’a jamais eu de problème de cette ampleur avec un joueur ou entraîneur du Stade Brestois. Étonnant. Ou pas….

Au-delà de ce geste qui relève plus de l’anecdote, Jean-Marc Furlan a été plus prolixe en conférence d’après-match. L’entraîneur brestois s’est lâché au micro de France Bleu Breizh Izel. Il y évoque surtout les rêves d’accession survenus depuis la saison passée :

Je sais que tout le monde a beaucoup d’espoir mais par rapport à ce que je vis au quotidien il ne faut pas demander des miracles. J’ai vécu dans cinq clubs, ça fait vingt ans que je suis entraîneur. Par rapport au travail qu’il faut développer pour prendre des points, il faut garder les pieds sur terre.

Il faut réunir beaucoup plus de compétences dans tous les domaines, beaucoup plus d’identité, de valeurs. Moi je n’aurais pas le temps de le faire, je n’ai plus l’âge ni l’envie. Il faut donner les moyens au pôle performance, aux joueurs et au staff. Et là on en est très loin les gars.

Je dis aux dirigeants qu’on peut avoir un coup de cul sur une saison. Comme Istres, Arles, Evian. Vous pouvez y aller, ça peut arriver. Mais c’est mieux de construire une vraie identité. Ce ne sera pas cette année déjà.

Un jour c”est ton tour, comme Amiens l’an dernier, qui aurait pu l’imaginer, ça sera peut-être Paris cette année. Mais ce que je veux dire c’est qu’il faut créer une vraie identité autour du pôle performance et avoir des fondations beaucoup plus solides.

Vous pourriez aussi aimer