Quel coup de poker de Jean-Marc Furlan ! On pouvait être interloqué par ces sept changements dans le onze de départ par rapport au dernier match mais tout a fonctionné ! Brest s’impose (pour la première fois de son histoire) sur la pelouse de l’AC Ajaccio avec des buts de Battocchio et Charbonnier et se rapproche un peu plus de la Ligue 1.

Le sprint final, la dernière ligne droite, le money time, Jean-Marc Furlan nous en parle depuis le début de la saison. On pouvait se demander s’il n’avait pas oublié son leitmotiv en laissant 7 titulaires du match contre Orléans sur le banc ou carrément à la maison. C’était mal connaître l’expérience du coach brestois. Hésitants en première période, les joueurs brestois ont piqué juste avant le repos : Mayi récupère un ballon et donne tout de suite à N’Goma. Il voit Battocchio plein axe, l’Italo-Argentin est servi, se ramène le ballon côté droit et décoche une frappe que Leroy ne peut contester (45e).

Après le repos, on pouvait raler sur l’occasion manquée par Mayi, sur les montées étonnamment incisives de Baba Traoré mais encore une fois, on a du admirer la vista de Charbonnier. Mis au repos d’entrée, le meilleur buteur de la Ligue 2 rentre en jeu à l’heure de jeu. Deux minutes après, Baba Traoré effectue un nouveau raid et donne à Charbonnier : la suite, c’est du bonheur enroulé par le pied droit de Charbo. Le 25ème but est là, splendide, et il conforte le Stade Brestois dans une soirée tranquille en Corse. Quelque chose qui n’existait pas dans l’historique du club dans ce stade, et un coup de maître tactique après avoir mis au repos tous ces titulaires.

Quatre victoires consécutives au meilleur des moments qui laissent Troyes éloigné de sept unités et permet de revenir à quatre longueur de Metz. Samedi, c’est Lens qui vient à Le Blé. Dans quel état seront les Lensois après leur revers très lourd de conséquence contre Lorient? Abattus? Remontés? En tout cas, ce match peut-être celui de l’accession en cas de succès et si, dans le même temps, Troyes s’incline à Orléans qui jouera sa dernière carte pour les play-offs. La Marée Rouge bouillonne.