L’atmosphère autour du match faisait de ce match à Béziers une simple formalité. Grossière erreur ! Très maladroits sur une pelouse cabossée, les Brestois ont été punis par Béziers à la toute dernière minute de la rencontre. Dans le même temps, Troyes s’est imposé.

Béziers jouait sa peau et l’a démontré d’entrée avec un gros pressing qui a gêné les Brestois. Les hommes de Jean-Marc Furlan sont aussi piégés par un terrain maltraité par les rugbymen et un rebond capricieux a failli profiter à Ramalingom qui avait bien anticipé le ballon mais sa tête passe juste à côté (4e). Weber aussi avait compté sur la pelouse pour une passe à ras de terre à direction de Larsonneur mal appuyée que Kanté a failli dérober (14e).

Ces détails montrent la crispation des Brestois qui ont le ballon, dominent la rencontre mais appréhendent mal la surface et ne sont pas assez concentrés. La grosse occasion était pour Belaud et Charbonnier mais Viot se montre vigilant (8e). En face, Kanté met à contribution Larsonneur (33e). Après une nouvelle alerte de Kanté (49e), Brest étouffe Béziers.

Les joueurs de Jean-Marc Furlan, ont la possession mais manquent de précision pour réussir l’avant-dernière passe ou font des mauvais choix. A la 85ème, Butin lance Charbonnier pour ce qui peut être le but de l’accession. Il en a réussi plusieurs cette saison, la situation est idéale mais, le meilleur buteur de L2 (désormais rejoint par Habib Diallo) tergiverse et un défenseur biterrois revient au dernier moment.

Brest est tout de même en L1 puisque Troyes est tenu en échec par Nancy mais…. un tir de Béziers est dévié par la défense bretonne et le ballon revient sur Kanté qui croise son ballon hors-de-portée de Larsonneur (90e) ! Dans la foulée, Troyes reprend l’avantage contre Nancy ce qui fait que le Stade Brestois n’a plus que quatre points d’avance sur l’ESTAC !

Il reste deux rencontres à jouer, Brest reçoit Niort vendredi et ne peut plus se permettre un tel revers. L’avertissement est là, la montée doit encore se gagner.