Le Stade Brestois n’a pas tremblé. Froids comme des serpents comme l’avaient promis Furlan et Weber, les Finistériens ont vite terrassé les Chamois Niortais pour s’imposer 3-0 et ainsi assurer la montée en Ligue 1 pour embraser la Cité du Ponant.

Les supporters avaient en tête le match manqué à Béziers la semaine dernière et un œil rivé sur leur portable dès l’entame de la rencontre. Heureusement, Clermont commence à dérider la Marée Rouge en menant face à Troyes.

Rapidement, le terrain rassure les Brestois. Très à l’aise les joueurs de Furlan assomment Allagbé de tirs et celui-ci ne peut rien sur la frappe croisée de Charbonnier (14e).

On regarde un peu encore ce qu’il se passe à Clermont où les buts s’enchaînent mais l’ESTAC est toujours menée malgré tout (2-1).

Rien ne sera donné aux Brestois, et c’est donc sur eux-mêmes que comptent les joueurs. Charbonnier signe un doublé d’une tête parfaitement placée sur un service de Mathias Autret (33e).

Troyes a égalisé avant le repos mais on sent dans le même temps qu’il ne peut rien arriver à ces Brestois-là.Yoann Court confirme cette impression en réussissant un superbe ciseau qui rentre dans la lucarne niortais avec le concours involontaire de Vion (63e).

Cette fois, c’est bon, on ne regarde même plus ce que peut faire Troyes et les supporters le savent et s’offrent leur premier “On est en Ligue 1 !” de la soirée !

Le match est totalement maîtrisé par le SB29 et le reste de la rencontre va trouver son intérêt dans son environnement. L’ovation offerte à Charbonnier mais aussi à Furlan qui arrache des larmes aux Girondins qui en même temps tapote son cœur en direction de la tribune Foucauld.

Les joueurs, le staff se tiennent les uns contre les autres devant le banc de touche. Le coup de sifflet final retentit enfin et la liesse embrase la marée rouge qui, après d’interminables embrassades et selfies se termine par un magnifique feu d’artifice. Joueurs et supporters sont mélangés sur le terrain dans un joyeux désordre.

La Ligue 1 est là. Ils l’ont tellement mérité. Joueurs et staff ont réalisé un travail exceptionnel en restant toujours “focus” sur leur objectif commun : la montée. Jean-Marc Furlan voulait l’offrir aux Finistériens comme cadeau de départ.

Le technicien girondin aura fait vivre une saison magnifique aux Brestois avec un buteur hors-normes, Gaëtan Charbonnier, qui compte désormais 27 buts et a battu le recordman du club, Patrick Martet (26 buts).

Pour mieux situer l’incroyable performance finistérienne : Brest, dans son histoire n’a terminé qu’une seule fois un championnat professionnel avec plus de 74 points, c’était en 1988/1989 (75 points), c’était aussi une montée en L1 et il y avait le félin Cabañas. Il reste encore une rencontre à jouer à Metz et si les joueurs ont besoin d’un nouveau challenge, en voici un : en s’imposant à Metz, ils deviendraient l’équipe brestoise qui a marqué le plus de points dans un championnat professionnel dans l’histoire du club.

En attendant, la nuit va s’étirer jusqu’aux derniers remous de la Marée Rouge. Elle était tellement bouillonnante qu’il faudra beaucoup de temps avant que ça redescende, on veut même que jamais ça ne redescende !