Le Stade Brestois a signé sa première victoire à l’extérieur, la deuxième consécutive. Pourtant, ça a été sans doute le match le plus compliqué depuis le début de saison. Outrageusement dominé durant le premier acte, les Finistériens ont attendu leur heure et ont fait mouche sur leur seule opportunité du second acte.

En début de saison, on avait un Brest qui jouait bien mais qui n’était que peu récompensé. Contre Metz, le SB29 a été plus pragmatique mais à Angers, c’est un bon vieux hold-up qu’ont réussi les joueurs de Dall’Oglio. Cependant, l’entraîneur breton n’avait pas prévu de se faire autant secouer à Raymond Kopa.
Privé de Court (suspendu) et Perraud (blessé), le coach brestois doit aussi faire sans Diallo dans l’attente d’un heureux événement ce soir à Brest.

Gautier Larsonneur, lui, effectuait son retour et il a été étincelant. Il a repoussé des frappes de El Mellali par deux fois (28e, 45+2). Puis il y a aussi la maladresse angevine à l’image de Traoré qui loupe le cadre alors qu’il était seul au 6M sur un corner (58e).

Dans ces moments d’extrême chaleur, le Stade Brestois plie mais ne rompt pas et profite de la moindre opportunité : Cardona, entré en jeu trois minutes plus tôt, est servi par un long service fouetté de Lasne. L’attaquant brestois enchaîne avec une jolie frappe au premier poteau qui surprend Butelle (67e) ! Quel coup parfait et c’est un but à la JPP comme l’a souligné le coach brestois en conférence d’après-match.

Larsonneur s’illustre encore en fin de rencontre sur une tête en cloche de Pavlovic (84e), une splendide frappe de Mangani (88e) et une ultime tentative du défenseur bosnien (89e). Le Conquétois était infranchissable pour son retour à la compétition.

Brest remonte à la huitième place avec ce succès et les Angevins peuvent se mordre les doigts après 29 tirs tentés et seulement six de cadrés. Pour les Finistériens, le compteur tourne et c’est ce qui compte dans une opération maintien.