Piqués par leur entraîneur qui avait fait des choix significatifs pour la réception de Strasbourg, les Brestois ont répondu avec brio ce soir en signant une éclatante victoire 5-0.

La défaite à Marseille n’a pas plu à Olivier Dall’Oglio qui a effectué beaucoup de changements dans son onze de départ et notamment en défense avec les titularisations de Baal et Duverne.

Cette défense a fait mieux que tenir le choc mais c’est d’abord la ligne offensive qui s’illustre. Battocchio lance Cardona sur le côté droit qui centre pour Mendy. L’attaquant se jette et réussit à propulser le ballon par-dessus Sels (21e) ! Quel but !

Strasbourg réplique : Thomasson délivre un bon centre pour Da Costa mais Larsonneur s’interpose avec brio (39e). Une intervention très importante qui était la seule sollicitation du portier finistérien depuis un tir de Mothiba (3e).

Dans les arrêts de jeu, Battocchio se signale par une frappe enroulée qui est déviée par Simakan qui rend la trajectoire injouable pour le portier alsacien (45+1).

Après le repos, l’Italo-Argentin décoche une frappe splendide d’une rare pureté qui prend de cours Sels par sa puissance et sa soudaineté (53e) !

A l’approche du dernier quart d’heure, Mendy s’arrache pour servir Autret qui remet instantanément en retrait à Battocchio qui ne gâche pas la superbe offrande de son partenaire pour signer le premier triplé de sa carrière (75e).

En toute fin de match, Battocchio, dans tous les bons coups ce soir, est fauché par Liénard, seul Strasbourgeois à défendre. Le penalty est logiquement sifflé et laissé à N’Goma qui transforme en trouvant la lucarne (90+4).

Le Stade Brestois s’est offert un récital 5-0 et a pleinement répondu aux attentes de son coach qui avait vu des attitudes de “petits garçons” sur le terrain au Vélodrome. Ce soir, à Le Blé, il a vu des hommes, et surtout, une équipe.