Le Stade Brestois a pris le bouillon mais Larsonneur a empêché l’addition d’être plus lourde à Lille (1-0), cependant, le dernier quart d’heure laisse pas mal de regrets.

Comme un signe que ce n’était pas le soir de Brest, durant l’échauffement, Diallo ressent une pointe dans le mollet et doit déclarer forfait. Belkebla le remplace dans le onze mais au bout de 13 minutes, Castelletto sent une raideur dans la cuisse et est contraint de sortir.

Dénys Bain met presque deux minutes à rentrer sur le terrain, et étonnamment, c’est Battocchio qui prend place dans la défense axiale alors qu’on aurait plutôt pensé à Lasne. Dans la continuité, Ikoné croque Duverne et sert en retrait Osimhen qui s’est joué du marquage de Battocchio pour tromper Larsonneur de près (14e).
Quelques minutes avant, le portier brestois avait claqué le superbe retourné du Nigérian (12e).

Brest ne voit pas le jour mais on peut regretter cette gestion de la blessure de Castelletto. Dans les arrêts de jeu de la première période, sur un ballon perdu par Lille, Brest construit une belle attaque mais Lasne expédie sa frappe largement au-dessus après la remise aérienne de Mendy (45+1).

Après le repos, c’est le show Larsonneur. Le portier finistérien maîtrise un coup-franc de Sanches alors que le mur brestois s’était complètement ouvert (53e).

Le goal breton manque ensuite sa relance mais il parvient à capter en deux temps la frappe d’Ikoné (55e) puis repousse celle de Sanches (74e).

Dans le dernier quart d’heure, c’est surtout l’arbitre qui s’illustre en stoppant une offensive de Cardona sur une main imaginaire (86e) alors qu’il oublie la main (réelle, celle-ci) de Fonte dans la surface lilloise.

Il n’aura pas vu non-plus le bras de Gabriel dans la figure de Mendy qui aurait pu (du) couter une expulsion au Lillois. Par contre, il va voir le tacle de Larsonneur sur le ballon dans les pieds de Bamba pour donner un penalty alors que le Lillois était hors-jeu (90+1).

Le VAR, si prompt à agir d’habitude en pareille situation, ne bronche pas. Le penalty est confirmé mais Larsonneur empêche une trop grande injustice en repoussant letir de Bamba (90+2).

Brest s’incline fort logiquement à Lille sur le scénario de la rencontre, néanmoins, l’influence de l’arbitre aura pesé beaucoup trop lourd dans le dernier quart d’heure brestois avec des décisions plus que contestables intégralement en faveur des Nordistes.

Pour les Brestois, il faudra agir vite. Il n’y a pas lieu d’être inquiet mais les Finistériens se montrent beaucoup trop fragiles à l’extérieur.