Encore une fois Brest a cédé à l’extérieur cette saison et encore une fois, Brest est éliminé sitôt la Coupe de France entamée. Dans une rencontre pauvre sur un terrain cabossé, Lorient  en voulait plus et s’est imposé (2-1.a.p.).

Mal réveillés en ce début d’après-midi dominical? En tout cas les Brestois ont été surpris par le débordement de Wissa sur lequel Bain se rend coupable d’une faute qui débouche logiquement sur un penalty. Une sentence que ne manque par Marveaux en prenant Larsonneur à contre-pied (20e).

Brest prend petit à petit les commandes d’une rencontre peu fertile en occasions et sur un joli ballon de Battocchio, Charbonnier bat Nardi de près et remet les deux équipes à égalité (36e).

Les débats sont en faveur des joueurs de Dall’Oglio mais ceux-ci ne parviennent pas à faire la différence et c’est même la transversale qui sauve Nardi sur une tête de Charbonnier (51e).

Quatre minutes après, Wissa décoche une frappe peu dangereuse mais le rebond d’un terrain calamiteux trompe Larsonneur qui repousse sur Hamel, mais, heureusement, le Lesnevien tire largement au-dessus (55e).

Après l’heure de jeu, l’entraîneur brestois fait sortir Court et Charbonnier. Avec Faussurier sur le banc, ce sont trois titulaires sortis du onze. Si ce n’est pas volontaire pour laisser filer le match, les conséquences seront les mêmes.

Finalement, durant des prolongations ennuyeuses entre deux équipes auteures d’un trop grand déchet technique, Wissa marque le but de la qualification pour les Merlus sur une nouvelle largesse de la défense brestoise (112e).

Brest sort de la Coupe de France et jouera son quart de finale de Coupe de la Ligue contre Lyon mercredi avant le match le plus important du début de saison à Toulouse.

Si Brest s’est allégé son calendrier avec cette élimination, on se demande, si ça n’aurait pas mieux valu de faire plus largement tourner l’effectif et surtout d’épargner les 120 minutes de jeu à Cardona.

C’est tout de même le cinquième revers consécutif de Brest à l’extérieur, un problème récurrent qu’il faudra à tout prix enrayer au plus vite.

Photo : Gautier Le Roux / www.sb29.com