Sur une pelouse indigne de la Ligue 1 et avec un arbitrage déficient, Brest a montré un visage moins séduisant mais plus solide pour repartir avec le partage des points de Rennes, actuel troisième du championnat.

Le VAR est décidément au milieu des derbies entre Brest et Rennes. Si à l’aller, le but refusé à Raphinha prêtait à discussion, la main de Niang en pleine surface de réparation rennaise est sans équivoque. L’attaquant rennais s’en tire sans aucune sanction avec, comme contre Bordeaux, un VAR inopérant pour les Brestois (7e).

Après quelques incartades brestoises dans le camp rennais, la plus grosse opportunité est pour Lea-Siliki qui trouve la barre transversale de Larsonneur sur une frappe (37e). Cardona réplique et Mendy doit stopper la tentative du Brestois (38e).

Cependant, l’arbitrage étrange de Ruddy Buquet va prendre encore plus d’ampleur après une faute évidente de Da Silva sur Cardona qui aurait pu valoir un rouge au Rennais (36e) et une nouvelle main, moins flagrante, mais tout de même présente de Léa Siliki sur un ballon de Charbonnier (38e).

Ça fait beaucoup pour une seule rencontre et sur un terrain qui se détériore au fil du temps, on peut comprendre l’envie brestoise de ne plus offrir de possibilités aux Rennais de tenter de développer leur jeu (si on peut encore jouer au foot sur un tel champ de labour).

Ils n’y arriveront pas, Larsonneur n’étant quasiment pas sollicité durant la seconde période, pas plus que Mendy. Les Brestois se sont appuyés notamment sur un excellent Brendan Chardonnet, infranchissable dans le domaine aérien.

Ce derby se termine par un triste 0-0 mais à force de se faire punir en étant la seule équipe à développer du jeu depuis plusieurs journées, Brest a été contraint de se rendre à l’évidence, il fallait fermer les vannes à l’extérieur et ça donne un point de plus.

Photo : Gauthier Le Roux / SB29