Un derby ça se gagne. Oui, mais Brest a fait un peu plus que ça. Les Finistériens ont remporté le match contre Lorient sans contestation possible (3-2) et aussi confirmé les progrès affichés à Dijon avec des perspectives intéressantes grâce à un effectif plus riche.

Il y aurait pu avoir 4-1 à l’issue de ce derby mais l’erreur de Larsonneur aurait pu relancer Lorient et offrir un improbable 4-4 compte-tenu de la physionomie de la rencontre.

C’est un bon signal pour démontrer l’infime écart qu’il peut exister entre une équipe capable d’emmagasiner rapidement des points pour son maintien et une qui va lutter jusqu’au bout pour tenter de sauver sa peau.

Les recrues s’installent, en premier lieu Steve Mounié dont l’intégration expresse est assez déroutante. Impliqué dans les trois buts, son gabarit et sa vision du jeu permettent à Charbonnier de jouer plus libre derrière dans un registre de meneur de jeu, là où il se sent le plus à l’aise.

Honorat y est allé de son but aussi, sitôt après son entrée en jeu, l’ancien Stéphanois a une qualité technique et une vitesse qui devraient permettre d’offrir une vraie percussion au côté droit brestois que peut aussi animer Romain Faivre qui déploie une aisance dans l’élimination de ses adversaires qui devrait être extrêmement précieuse.

Chez les “anciens, Jean-Kévin Duverne confirme toutes ses qualités dans un rôle de capitaine et leader de la défense. Son anticipation et sa capacité à porter le ballon pour faire monter le bloc équipe facilitent la tâche de Belkebla, un peu en retrait, et d’Ibrahima Diallo.

Romain Perraud, lui, a mis une saison a prendre la mesure de la Ligue 1 mais depuis quinze jours, il marche sur l’eau avec une rigueur défensive et des buts avec des centres décisifs. La panoplie complète du latéral moderne.

En défense, certes Hérelle a globalement manqué sa rencontre mais son calme avait été précieux à Dijon. On attend son retour en forme pour le prochain déplacement à Angers où Brest s’était fait sérieusement chahuter l’an passé avant de l’emporter sur un but incroyable d’Irvin Cardona, autre élément de l’arsenal offensif brestois.

Les pièges à éviter c’est en premier lieu de croire que Brest pourrait se maintenir sans effort. Un club du rang du SB29 ne peut se permettre de se relâcher. Le CSC d’Hérelle et la “passe décisive” de Larsonneur sont ainsi des petites alertes qu’il convient de prendre au sérieux pour conserver à son meilleur niveau un groupe qui possède largement assez d’arguments pour rester dans l’élite.