Les Plabennecois sont dans une situation plutôt délicate, Si dans l’absolu, on pouvait penser que le confinement arrêterait de fait totalement les matchs et les entraînements ça ne serait pas forcément le cas pour tous les clubs et ça complique la tâche des plus fragiles d’entre eux.

Depuis le début du confinement, les compétitions de football sont forcément à l’arrêt mais comment faire pour garder son équipe en bonne condition sans effectuer d’entraînement ? Gwen Servais, l’entraîneur plabennecois s’appuie sur le sérieux de ses joueurs : « Il y a un impératif, c’est de ne pas avoir de décrochage et sur ce sujet, on a de la chance d’avoir des joueurs très responsables à Plabennec. On essaie de garder la forme en ayant l’incertitude sur cette date de reprise. »

Ne pas connaître la date de la reprise est un gros problème car le confinement a été décidé jusqu’à la fin du moins de novembre. Le championnat pourrait-il reprendre en décembre ? «  J’aborde cet arrêt comme une trêve avec une reprise après les fêtes, je peux pas imaginer qu’on va nous dire de reprendre le mois prochain vu le contexte sanitaire et surtout pour débrayer trois semaines après, ça serait pas logique mais on n’a pas la main sur la décision. »

L’autre chose sur laquelle n’aurait pas la main les dirigeants finistériens c’est, selon Foot Amateur, cette possibilité qu’offrirait la Fédération Française de Football à travers une circulaire transmise vendredi dernier de permettre aux clubs de N2, N3 et D2F de pouvoir s’entraîner. Une permission valable uniquement que pour les joueurs « sous contrat » et les clubs avec une majorités d’assimilés professionnels. « Le National 2 est un championnat où il y a beaucoup de joueurs qui sont sous contrat professionnel, ça serait vraiment étrange de faire ça » s’étonne le coach léonard. « Le jeu n’en vaut pas la chandelle je pense, ça serait vraiment plus simple de prendre les niveaux de compétition pour décider de qui peut ou pas s’entraîner. »